SECTION 13FM

IL N'Y A PAS QUE AMAZON.COM OU BOOKING.COM DANS LA VIE !

Emmanuel Macron vante sa politique de réindustrialisation

Emmanuel Macron a Dunkerque le 12 mai 2023 1635507

Le président veut convaincre du bien-fondé de sa politique de réindustrialisation. Et tape sur les oppositions.

Emmanuel Macron en avance politique de réindustrialisation à Dunkerqueen annonçant d’énormes investissements étrangers dans les batteries pour un total de 6,7 milliards d’euros et 4.700 emplois, tout en assumant son appel controversé à une « pause » des nouvelles normes environnementales européennes. « La mère des batailles elle commence dès maintenant », a lancé le chef de l’Etat dans l’usine d’Aluminium Dunkerque.

Au chapitre des annonces, le groupe taïwanais ProLogium va implanter dans la ville du Nord, érigée par l’Elysée en « symbole » d’un réveil industriel de la France, une « immense usine de batteries électriques » pour un investissement de 5,2 milliard et la création attendue de 3.000 emplois directs, s’est réjoui le président. L’entreprise avait déjà dévoilé son projet, mais Emmanuel Macron s’est réservé une autre annonce: le chinois XTC et le français Orano vont investir 1,5 milliard d’euros et créer 1.700 emplois dans un site lié aux batteries lithium, toujours à Dunkerque. Trois autres projets de « gigafactories » étaient déjà annoncés dans le nord de la France, transformant progressivement cette terre, longtemps en voie de désindustrialisation, en vallée de l’électrique en France.

Preuve que la concurrence est rude, le groupe suédois Northvolt a de son côté confirmé l’installation d’une usine géante de batteries électriques en Allemagne. Le PDG de Prologium Vincent Yang a reconnu que son entreprise avait un temps envisagé d’investir outre-Atlantique. « Les Etats-Unis ont l’IRA (Inflation reduction act), de très bonnes subventions », a-t-il dit à quelques journalistes en référence au plan colossal d’aides publiques voulu par Joe Biden pour soutenir l’industrie américaine à la faveur de la transition énergétique imposée par le changement climatique. Mais le Taïwanais a finalement choisi la France notamment en raison de son énergie nucléaire. « Nous avons besoin d’une bonne électricité stable, peu chère et verte », a-t-il expliqué.

« Je préfère des usines qui respectent nos normes européennes »

Du petit lait pour Emmanuel Macron, qui y voit la démonstration du bien fondé de sa « stratégie du véhicule électrique » et du nucléaire. Et qui a bâti son plan pour accélérer la réindustrialisation du pays, présenté cette semaine, justement pour tenir le rythme face à Washington ainsi que face à la concurrence chinoise. En première ligne pour que l’Europe riposte à ces politiques volontaristes sinon protectionnistes, le président avait dévoilé jeudi plusieurs mesures censées soutenir l’industrie française tout en la verdissant: un nouveau crédit d’impôt pour la production de batteries, éoliennes ou panneaux solaires censé générer 20 milliards d’euros d’investissements d’ici 2030, et une refonte du bonus pour l’achat d’une voiture électrique afin qu’il cible, indirectement, le « Made in Europe ».

Mais il a aussi assumé à Dunkerque son appel de la veille à une « pause » règlementaire sur les nouvelles normes environnementales européennes, qui avait été dénoncé notamment par des élus écologistes. « Appliquons et allons au bout » du Pacte vert de l’Union européenne, « mais n’en rajoutons pas plus », a-t-il lancé, au nom de la « stabilité » des règles. « Moi je préfère des usines qui respectent nos normes européennes qui sont les meilleures, plutôt que ceux qui veulent encore ajouter des normes » et prendre le risque de « n’avoir plus d’usine », a insisté le président.

Les projets annoncés vendredi font partie d’un paquet plus vaste qui sera dévoilé à l’occasion de la sixième édition, lundi à Versailles, du sommet « Choose France » lancé par le président en 2018 pour attirer les projets étrangers. L’Elysée annonce déjà une édition « record », au-delà des dix milliards d’euros. Avec les nouveaux investissements dans les batteries, le projets attirés depuis 2017 dans le Dunkerquois permettront la création ou le maintien d’environ 20.000 emplois sur dix ans alors que la ville a perdu près de 6.000 emplois industriels en 20 ans, fait valoir Emmanuel Macron.

« Il n’y a aucune chance de réindustrialiser le pays »

Comme à chaque déplacement ces derniers temps, le chef de l’Etat était attendu par 200 à 300 manifestants parfois munis de casseroles. Des opposants à sa réforme des retraites, alors même qu’il tente de tourner la page de cette crise en réinvestissant le terrain économique. Mais aussi des salariés de Valdunes, dernier fabricant en France de roues de trains, lâché la semaine dernière par son actionnaire chinois.

En veste de travail et casque sur la tête, ils étaient venus montrer « qu’ils ne veulent pas mourir comme ça », a lancé à l’AFP Olivier Bournisien, responsable méthode au sein de la forge. « Le ministre de l’Industrie sera à leurs côtés pour trouver un repreneur et une aide », a promis le chef de l’Etat dans une interview à La Voix du Nord publiée dans la soirée. « Ce n’est pas parce qu’on crée des emplois à côté qu’on ne va pas se battre jusqu’au dernier quart d’heure pour Valdunes. » Le rassemblement a été émaillé de tensions avec l’imposant dispositif de forces de l’ordre déployé pour les tenir à grande distance.

Toujours dans La Voix du Nordle président tape sur les programmes des oppositions. « J’en appelle à la responsabilité des extrêmes qui aujourd’hui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Si on applique le programme de LFI et du RN, la désindustrialisation est assurée ». Il déclare même : « Si on applique le programme de Madame Le Pen, il n’y a aucune chance de réindustrialiser le pays. Avec la retraite à 60 ans, avec une TVA sur les consommateurs, le pays sera ruiné ».

Partager sur :